Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Dernière visite : il y a moins d’une minute Nous sommes actuellement le 27 Mai 2018, 06:54



 [ 3 message(s) ] 
Auteur Message
 Sujet du message :FinalFantasyXIV Lore : Les Miqo'te
Message Publié : 22 Fév 2018, 16:45 
Étoiles
Étoiles
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Enregistré le: 15 Avr 2017, 10:17
Message(s) : 73
Âge : 38

A remercié: 0 fois
Remercié: 4 fois
Nom IG: H'Keiri Shion
J’avais envie de faire un petit topo sur les Miqo’te. Non que je sois un spécialiste de la question (ou un « lore-nazi »), bien au contraire, mais c’est le peuple que je connais le mieux pour le jouer exclusivement.
La plupart des infos qui vont suivre viennent de diverses sources (sites, quêtes, extrapolations d’autres joueurs, théories, etc), elles ne se veulent ni vraies à 100%, ni immuables dans le temps. Les auteurs (en général) sont connus pour faire évoluer leurs histoires, et donc, souvent, le « lore » des personnages pour les adapter aux directions que prennent leurs idées du moment.

Ceci étant dit, voici donc ma vision compilée de ce peuple (attention, GROS pavé) :

Généralités :



Les Miqo’te sont, de base, un seul et même peuple ayant migré depuis un mythique continent (une théorie voudrait qu’il s’agisse de Meracydia) lors de « l’âge du froid sans fin » (Age of Endless Frost) pendant lequel tous les continents étaient reliés par des banquises. De nombreuses espèces ont alors fuit les températures froides pour un climat plus clément (et plus proche de leurs habitats d’origines). Les Miqo’te, peuple de chasseurs, ont naturellement suivit la migration des espèces qu’ils chassaient.
Les 26 clans Miqo’te d’origines se sont installés à divers endroits du continent d’Eorzea, ce qui a pu favoriser l’apparition des ethnies solaires / lunaires. Les 25 clans qui ont préféré les climats chauds en ensoleillés (vraisemblablement les conditions d’origines des ancêtres des Miqo’te) sont devenus les Solaires (« Seekers of the Sun »), le 26ème clan qui s’est installé dans des endroits plus ombragés / tempérés est devenu les Lunaires (« Keepers of the Moon »).
Au cours des générations successives, ces ethnies se sont différenciées, autant culturellement que physiquement.
Dans le concept original des Miqo’te, les Solaires étaient calqués sur les lions, les Lunaires sur les loups.


Cultures Générales :



Le Solaires et les Lunaires ont deux approches très différentes. Les Solaires sont un peuple aux traditions claniques, nomadiques et patriarcale. Alors que les Lunaires ont des traditions familiales, sédentaires et matriarcales.
Il semble cohérent de penser que le peuple d’origine des Miqo’te avait une culture combinant les deux aspects. La tradition clanique étant très forte (et existant aussi chez les Lunaires à très (très) moindre mesure, surtout centrée sur le noyau familiale), il y a fort à parier que ce système soit celui d’origine mais la dominance devait être plus matriarcale que patriarcale. C’est certainement la « grande migration » qui a forcé les hommes à prendre les rennes de l’expédition (certainement sous la houlette des femmes à l’origine) avant de conserver ce pouvoir une fois arrivés à destination. (c’est une théorie plausible, mais une théorie tout de même).
D’un point de vue cultuelle, les Solaires vénèrent globalement Azeyma (le soleil) et les Lunaires : Menphina (la lune).


Démographie :



Les Miqo’te sont présents sur tout le continent d’Aldenard (Eorzea, Gridania, Thanalan), de Vylbrand (la Nocsea) jusqu’à Tavnair (cité pirate de Radz-at-han). Mais pas du tout dans les mêmes proportions que les autres races. Si les Solaires sont éparpillés dans toutes ces zones, les Lunaires se cantonnent dans les forêts de Gridania. De plus, il n’y a aucun Miqo’te (outre des voyageurs) dans le Coerthas à cause des températures trop basses ou du manque d’ensoleillement.
Contrairement à ce que l’on voit en jeu, les Miqo’te sont le peuple le moins présent en population. Ils sont loin derrière les Hyur, les Raegadyns, les Ao’ra ou les Lalafell. C’est d’autant plus vrai pour les Lunaires qui ne représentent qu’une fraction des Solaires en terme de population.
De plus chaque ethnie a vécue (ou vit) une scission en son sein. Les Solaires de Limsa Lominsa deviennent sédentaires et délaissent les traditions tribales (la majorité n’appartient d’ailleurs même pas à un clan unique). Quand aux Lunaires, leur population est coupée en deux entre ceux qui ont « fait la paix » avec les esprits (et les habitants) de Gridania et ceux qui refusent de se plier aux exigences de ces derniers (comme les GriffeCoeurl par exemple), se livrant aux guériras, pillages et braconnages dans les forêts de Gridania.


Physiologie Commune :



Comme je l’ai dit plus haut, les Miqo’te se sont scindés en deux et des disparités physiques sont apparus. Il n’en reste pas moins qu’il y a plus de points communs que de différences.

Les Miqo’te ont tous, plus ou moins, la même physionomie :
  • Ils sont de taille petite à moyenne, plutôt sveltes et athlétiques.
  • Ils possèdent des oreilles (excentrées par rapport aux autre humanoides) de type félin/canin sur la tête ainsi qu’une queue du même type.
  • Ils possèdent des yeux de félin.
  • Ils sont agiles, souples et possèdent un grand tonus musculaire (surtout au niveau des jambes). Proportionnellement parlant, ils sont d’ailleurs plus « forts » que la plupart des autres races (Roegadyns exclus).
  • Ils ont des sens très développés (surtout l’odorat et l’ouie).

Physiologie / Apparence – Solaire :



Les Solaires sont globalement plus forts, plus agiles et plus endurants que les Lunaires. Les couleurs de leurs peaux sont dans des tons chauds (d’un blanc hâlé à un noir chocolat) tout comme leurs couleurs de cheveux (blanc, miel, blond, orangé, rouge, brun, etc).
La plupart des Solaires portent des marques naturelles sur les joues (pour les femmes) et autour des yeux (pour les hommes).
Principalement diurne, les pupilles des Solaires sont rétractées de façon verticale (comme un chat en somme). Les yeux ont des couleurs relativement claires et chaudes (verts, jaunes, bleus, oranges, marrons, etc) et peuvent être assez fréquemment vairons (c’est un signe de bonne augure chez les Solaires). La vue diurne est très bonne, la nocturne l’est moins.
Les oreilles sont généralement plus larges et les queues plus félines que leurs cousins Lunaires.
Au niveau de la taille, les Solaires ont une légère tendance à être plus grands que les Lunaires.

Physiologie / Apparence – Lunaire:



Les Lunaires sont généralement plus réfléchis, plus malins, plus sournois que les Solaires. Leurs couleurs de peaux sont dans des tons froids (blanc bleuté à noir encre)tout comme leurs couleurs de cheveux (blanc, bleu, verts, rose, violet, etc).
Les Lunaires portent des marques naturelles (comme les Solaires) mais ont aussi tendance à porter des peintures rituelles sur le visage (ou le corps), voir des tatouages.
Les pupilles des Lunaires sont grandes ouvertes leurs donnant une très bonne vue nocturne mais une bien moins bonne vue diurne (beaucoup de Lunaires, vivant le jour, ont d’ailleurs tendance à porter des lunettes ; Nashu par exemple, pour ne citer qu’elle.). Leurs couleurs d’yeux sont aussi assez froides (bleu, violet, gris, lilas, etc.)
Leurs oreilles sont légèrement plus fines et leurs queues sont plus de type canin que félin.
Les Lunaires ont aussi des canines plus longues (donnant vraiment l’impression de crocs) contrairement aux Solaires qui se rapprochent bien plus des Hyurs sur ce point. De même, leurs « ongles » sont moins résistants que ceux de Solaires (mais restent tout de même bien plus résistant que ceux des Hyur par exemple. Même s’il n’y a aucune représentation graphique en jeu de ce fait). Ceci en rapport avec le concept de base : lions = griffes, loups = crocs.

Caractères :



D’un point de vue général, les Solaires sont positifs, vifs d’esprits et assez enclins à l’action. Ils ont aussi tendance à facilement s’ennuyer s’ils n’ont rien à faire. Ils se mettent du coup parfois à faire des choses qui sortent de l’ordinaire pour s’occuper (comme les chats qui font des bêtises quand ils s’ennuient).
Les Lunaires eux sont plus réservés, réticents et ont des personnalités plus sombres que les Solaire. Ils ont une tendance à déprimer facilement ou à voir la vie en noir. Par contre, ils font preuve d’une grande ténacité et peuvent avoir des réactions très violentes (ne jamais mettre en colère une Lunaire si vous tenez à l’intégrité de votre anatomie).


Culture – Solaire :



Comme déjà dit, les Solaires ont une société clanique, nomade et patriarcale. Il existe 25 clans différents (1 pour chaque lettre de l’alphabetEorzeen). Chaque clan possède un animal totem et est dirigé par un chef homme, le plus souvent appelé « Nunh » (même si la fonction de Nunh ne va pas forcément de pair avec la fonction de chef), tous les autres hommes du clan sont appelés « Tia ». Chaque clan peut être subdivisé en plusieurs branches, dirigés par un « Tia », devenant des facto un « Nunh ».

Les Clans ou Tribus :

A l’origine 26, il y en a 25 aujourd’hui depuis que les Lunaires sont devenus indépendants.
A : Antilope (prononcé « a » et non « ha » aspiré)
B : Sanglier (« bi » ou « bié »)
C : Coeurl (« ka »)
D : Dodo (« dé »)
E : Triton (« è » ou « hè »)
F : Ours (« fe » mais pas « fé »)
G : Hippogriffe (« gue » mais pas « gué »)
H : Crapaud géant (« ha » aspiré ou « hash » aspiré)
I : Buffle (« i »)
J : Chacal (« dja »)
K : Hipparion (« kou »)
L : Vipère (« li »)
M : Marmotte (« mé »)
N : Bouquetin (« ne » ou « n » aspiré mais pas « né »)
O : Taupe (« o »)
P : Basilic (« pé »)
Q : Puk (« ki »)
R : Raptor (« re » mais pas « ré »)
S : Zu (« se » mais pas « sé »)
T : Condor (« te » mais pas « té »)
U : Draconide (« ou » ou « hou » aspiré)
V : Vautour (« va »)
W : Loup (« wa »)
X : Lynx (« ch »)
Y : Jaguar (« ya »)
Z : Ziz (« dzo »)

Population :

Il faut bien comprendre que, d’une part les Miqo’te ne sont pas si nombreux que ça (comparés aux autres races) et que de l’autre le ratio homme / femme est totalement déséquilibré. Pour 1 mâle, il peut y a voir entre 10 et 30 femmes au sein d’un même clan. Ce déséquilibre est aussi présent chez les Lunaires. Afin que les clans survivent la monogamie est bannie et les mœurs des Solaires (du point de vue des autres races) peuvent paraitre réellement très « légères », alors que c’est une question de survit.

Le rôle des Nunh :

Les Nunh sont le plus souvent les chefs de leurs clans. Les rôles de chef et de Nunh sont souvent confondus. Mais un chef peut ne pas être un Nunh (à cause de son âge par exemple) et inversement, un Nunh n’est pas systématiquement un chef. En règles générales, ils décident de l’orientation que prend le clan dont ils ont la charge. Ils prennent les décisions, ils distribuent les rôles et les tâches, ils choisissent où le clan s’installe ou les activités qu’il fait, etc.

Les Nunh sont les « reproducteurs ». Ce sont les seuls autorisés à faire des enfants. Il peut aussi arriver que le Nunh principal (ou le chef) donne la permission à certains Tia d’avoir des enfants (mais pas forcément de se marier), ils deviennent alors aussi des reproducteurs (des Nunh), ils contribuent à la diversité du clan mais n’ont pas le pouvoir politique du Nunh principal. Le Nunh est le garant de la bonne santé des futurs enfants (il a pour tâche d’éviter les effets de la consanguinité lorsque c’est possible).

A noter qu’un Nunh peut perdre son rang s’il ne se montre pas à la hauteur des attentes de ses femmes, celles-ci peuvent le délaisser pour un meilleur parti. Et un reproducteur qui ne se reproduit pas est jugé faible et se fera défier en permanence par tous les Tia du clan ou de passage, jusqu’à ce qu’il soit remplacé, ce qui arrivera très vite.

Le rôle des Tia :

Les Tia sont tous les autres hommes d’un clan qui ne sont pas Nunh (ou chef). Ils occupent généralement des rôles de supervisions (ils ne font pas grands choses en gros) : chargé des réserves, contre-maitre, gérants de magasins, etc. La plupart des Tia quittent leurs clans d’origine pour aller explorer le monde. Ce faisant, ils acquièrent expérience et savoir, leurs permettant, le cas échéant, de défier leur Nunh afin de prendre sa place, une fois de retour dans leurs clans.

Le rôle des femmes Solaires :

Les femmes Solaires composent le gros du clan en termes de population. Il faut dire qu’elles sont bien plus nombreuses que les hommes (le ratio moyen est de 20 pour 1). Elles chassent, elles cuisinent, elles s’occupent de la sécurité, elles cultivent, s’occupent des provisions, des enfants, etc. Bref, elles font presque tout. (Toujours le concept du lion). Elles forment aussi la majorité des troupes armées d’un clan, étant donné qu’elles sont plus nombreuses et habituées à se servir d’armes (pour la chasse ou la défense).

Les femmes Solaires ont une position de « femme-objet » ou d’exécutante. Elles sont désirées et désirables, intelligentes et physiquement fortes mais n’ont aucun pouvoir décisionnel. Elles sont souvent reléguées au second plan et n’interviennent pas dans d’éventuelles négociations commerciales (ou autres). Elles n’ont pas vraiment leurs mots à dire et sont souvent utilisées pour leurs beautés (pour amadouer des gens) ou leurs qualités physiques (chasse, endurance, etc) mais très rarement pour leurs idées. Les hommes Solaires ont d’ailleurs très fortement tendance à minimiser l’intelligence des femmes. On pourrait résumer ça par : « Mignonne petite potiche, soit belle est tais-toi. »

Etrangement (et malgré leurs caractères parfois enflammés), la plupart des femmes Solaires n’ont absolument aucun problème à se laisser ainsi dominer (alors qu’elles sont bien plus nombreuses). Hors des clans, on les retrouve d’ailleurs souvent à des postes de « services » (danseuses, chanteuses, hôtesses, prostituées, serveuses, servantes, cuisinières, couturières, vendeuses, etc) mais quasiment jamais à des postes importants, à responsabilités ou intellectuels.

Les défis du Tia :

Chaque Tia peut défier le Nunh dans une cérémonie particulière qui se tient de manière cyclique (à partir du moment où le Tia à défier le Nunh pour la 1ère fois), et espérer ainsi prendre sa place. Le Nunh ne peut pas refuser. Les épreuves de la cérémonie sont très variables d’un clan à l’autre et sont définies par le Nunh en poste. Le Nunh a l’obligation de participer à ses propres épreuves afin de ne pas soumettre aux prétendants des défis impossibles à surmonter.

Si, au terme de la cérémonie, le Tia bat le Nunh, il prend sa place à la tête du clan. Il devient alors Nunh et le précédent Nunh redevient Tia (s’il est toujours en vie). Le précédent Nunh perd alors son droit de procréer et aussi, du coup, son possible harem. Les femmes redevenant théoriquement « disponibles ». Ce qui n’est pas forcément toujours le cas.

Si dans la théorie n’importe quel Tia (même hors du clan) peut défier un Nunh, dans la pratique, il n’est pas rare de voir les Nunh repérer les potentiels successeurs et les former (parfois à leurs insu) afin qu’ils puissent les remplacer le moment venu.

Si le Tia échoue (et s’il est toujours en vie) il pourra retenter sa chance (s’il le veut) après une période plus ou moins longue (en règle générale, 1 à 2 fois par an).

Le mariage et les relations intimes – Solaire :

Les Solaires sont ouvertement polygames. Une fois en place, le Nunh peut avoir le nombre de femmes qu’il veut et une femme ne peut pas se refuser au Nunh de son clan (c’est considéré comme un très grand honneur et un service pour le clan). Les femmes choisies deviennent « épouses » et entrent dans le « harem » du Nunh. Toutes les femmes, en âge de se reproduire, sont potentiellement de futures « épouses » mais toutes n’obtiennent pas ce rang (même si elles ont des enfants avec le Nunh). Etre femme de Nunh c’est avoir un rôle prestigieux au sein du clan qui force le respect des autres membres du clan. Il existe à peu près 1 Nunh pour 10 à 30 femmes (suivant la taille du clan ou le prestige du Nunh).

Il peut arriver de voir des femmes, choisies par un Nunh, s’enfuir de leur clan pour éviter ce mariage. Elles sont généralement rattrapées et punies. Elles peuvent aussi s’enfuir avec des Tia rebelles qui forment alors une branche secondaire du clan (si le Nunh d’origine finit par y consentir), sinon, ils sont traités en paria, avec les conséquences que cela peut avoir.

Lorsqu’un Nunh perd son défi, il perd son droit de procréer et donc son droit d’avoir des épouses. Le « mariage » est donc annulé. Dans les faits, il arrive parfois que les épouses passent d’un Nunh au nouveau, si elles sont au goût du nouveau chef ou si elles se sont montrées particulièrement utiles pour le clan. Mais il est plus courant que le nouveau Nunh se choisisse de nouvelles épouses (plus jeunes). Il évite de choisir ses demi-sœurs directes (accessoirement, il ne peut pas non plus choisir sa propre mère…), mais ce n’est parfois pas possible suivant la population féminine en présence.

Il arrive parfois que le précédent Nunh conserve sa favorite (ou la mère du nouveau Nunh le cas échéant) si ceux-ci ont un certain âge ou s’ils ont mérité un traitement de faveur pour X raisons. Cependant, ils ne peuvent plus avoir d’enfant.

La notion de mariage chez les Solaires est très anecdotique. Ce n’est qu’un statut, un rang social, un contrat qui peut être annulé aussi vite qu’il a été édicté. Le sentiment amoureux, en lui-même, n’entre pas vraiment en ligne de compte dans le choix des partenaires. C’est plus une question de prestige, de survit et de rang social. Ce sentiment existe bien cependant et de nombreux Tia sont devenus (ou ont essayé de devenir) Nunh pour pouvoir « épouser » la femme qu’ils aimaient. Il n’en reste pas moins que la fidélité amoureuse par la monogamie est un concept assez étrange pour la plupart des Solaires (autant hommes que femmes).

Les Tia ne bénéficiant pas du prestige du rang de Nunh, il leur est assez difficile d’éveiller l’intérêt des femmes Solaires. Ces dernières sont très intéressées (dans le sens vénale) : par le niveau social et/ou les prouesses ou la force du chef (gage de futurs enfants vigoureux). Un Tia lambda ne peut pas espérer conquérir le cœur d’une d’entre elle, à moins de devenir Nunh lui-même (ou de quitter / fonder un clan, si tenté que des femmes veuillent le suivre).

Si certains Tia esseulés quittent généralement le clan pour aller papillonner ailleurs (avant de possiblement revenir revendiquer la place de Nunh dans un clan ou un autre), les femmes Solaires préfèrent rester au sein du clan où elles espèrent être choisit par le chef actuel (la plupart du moins). Les relations intimes hommes / femmes au sein du clan sont strictement interdites (en dehors du Nunh et de son Harem) et punies (d’autant plus si un enfant né « hors mariage »). Aussi, il n’est pas rare que des femmes se mettent, momentanément ou durablement, en « couple » entre elles, en attendant de se faire remarquer par le chef (grâce à leurs talents de chasseresses par exemple) afin de subvenir à certains besoins naturels... (vu le ratio homme/femme toutes ne trouvent pas chaussures à leurs pieds, si je puis dire).

Il existe d’ailleurs une certaine jalousie compétitive entre les femmes d’un même clan, désireuses de s’élever hiérarchiquement. Cette jalousie perdure même au sein du harem entrainant parfois quelques altercations.

En règle générales, les mœurs (intimes) des Solaires sont perçues comme assez légères et ils n’ont pas (ou peu) de complexes vis-à-vis de la nudité (la leurs ou celles des autres). Les femmes (comme les hommes) ne voient pas trop de problème à pratiquer le sexe en dehors de toutes implications amoureuses (tant que cela ne brise pas les traditions Nunh/harem). On peut d’ailleurs rencontrer (en jeu) des Miqo’te prostituées (à AlaGhiri notamment) qui ne semblent avoir absolument aucun problème avec ça (ni elles, ni le reste de leur clan d’ailleurs). Cependant pour (vraiment) intéresser une femme Solaire, il faut faire montre de son pouvoir / prestige / force / richesse / etc, sinon, il y a peu de chance qu’elles prennent ce genre de relations au sérieux et se détourneront de leur(s) partenaire(s) une fois fait.

Les Enfants :

Les femmes Miqo’te donnent naissance à un enfant au bout d’une période relativement similaire à celle des Hyur (grosso-modo 9 mois donc). Comme pour les Hyur, elles peuvent avoir des jumeaux (ou plus) mais rien qui ne sorte du normal (pas de portée de chatons :p ). Elles donnent naissance principalement à des filles. Donner naissance à un garçon est un évènement inhabituel. Avoir deux garçons de la même mère est carrément un exploit légendaire.

Les petits sont les enfants du Nunh et de la tribu. La mère biologique importe assez peu car toutes les mères participent à l’éducation de tous les enfants. Cependant, certaines préférences du Nunh pour certains enfants peuvent entraîner des jalousies entre les mères de substitution et la mère biologique (qui gagne du coup du prestige par rapport aux autres).

D’après ce que l’on voit en jeu, les Miqo’te sont génétiquement compatibles avec les Hyur (les naissances ne sont pas fréquentes ceci-dit). Et comme les Hyur sont génétiquement compatible avec les Ao’ra (vu dans Stormblood), il est vraisemblable que les Miqo’te le soient aussi. Mais il n’y a aucun exemple de métisse Miqo’te / Ao’ra (un draco-chat ?).

Les métisses Solaire / Lunaire sont aussi tout à fait possible, mais sont mal vu par les 2 ethnies car aucune d’entre elle ne sait où caser cet enfant (quel que soit son sexe). De plus les « couples » Lunaire / Solaire sont extrêmement rares car aucun des genres (femme ou homme) ne retrouve chez l’autre ce qu’il / elle recherche. Les femmes Lunaires sont dominantes et les mâles dominés, les femmes Solaires recherchent des dominants et les mâles des dominées. Les Lunaires sont monogames pour la vie et fidèles, les Solaires sont polygames et volages. Bref, les 2 ethnies sont diamétralement opposées sur ce point.

Relations inter-clan, inter-race :

Les clans Miqo’te (il en va de même pour les familles Lunaires) sont assez fermés vis-à-vis des autres races, voir des autres clans. Il existe bien des échanges entre eux, mais généralement, un clan préfère compter sur sa propre capacité à se débrouiller seul. Alors que, paradoxalement, les Solaires en général ont des gens plutôt ouverts.

Après une période d’adaptation, la plupart des clans intègrent les Tia errants dans leurs rangs s’ils en ont exprimé la volonté et qu’ils se sont montrés dignes de confiance. Les clans intègrent bien plus facilement les femmes Solaires car chacune peut devenir une mère de la prochaine génération de Miqo’te du clan. Il arrive d’ailleurs que des femmes soient « données » ou « échangées » entre clan lorsque certains ont besoin de « sang neuf » ou pour des raisons politiques / commerciales / personnelles. Mais cela reste tout de même assez rare car le Nunh prend un risque en accueillant des femmes qui pourraient remettre en cause son statut (en plus des jalousies que cela pourrait engendrer au sein du clan).

Les clans sont très hiérarchisés et les traditions qui leurs sont propres peuvent paraitre étranges, contraignantes ou discutables pour les autres races, voir pour certains Solaires qui adhèrent au modèle de vie citadin des Hyur.

Les 25 clans peuvent avoir des modes de vie très différents, certains sont des chasseurs isolationnistes (les U de Sagoli par exemple) ou bien des hôteliers citadins (les J d’Ala Ghiri par exemple), il existe des clans de marins pêcheur, de marchands, de guerriers, d’explorateurs, etc.

Emplacement géographique et territoires :

Les territoires des clans sont assez difficiles à définir car ils peuvent empiéter sur plusieurs régions / pays / administrations officielles. En règles générales, ils ne respectent ni les frontières (sauf naturelles) ni les juridictions. Le territoire d’un clan Solaire s’arrête là où un autre commence. Certains peuvent considérer qu’une ville (possiblement non construite par eux) est leur territoire tandis que d’autre s’attribuent la totalité d’un désert, même s’ils n’en occupent qu’une infime partie. Tout est une question de disponibilité des ressources ou de terrains de chasse, afin de permettre au clan d’exister. Ces territoires ne sont pas fixes et peuvent évoluer dans le temps (suivant justement les ressources présentes). De plus, les Solaires étant majoritairement nomades (même sur leurs propres terrains), il n’est pas rare de voir leurs « villes » se déplacer avec eux. Ce mode de fonctionnement est d’ailleurs assez proche de celui des Xaela (et celui des félins en général). Sur leurs territoires auto-proclamé, les Solaires sont partout chez eux.

On trouve (en jeu) beaucoup de Miqo’te, appartenant à de nombreux clans différents, à Limsa Lominsa. Mais ils ne sont pas représentatifs des Solaires en général (la plupart des clans et leurs territoires ne sont pas montrés en jeu (à part les U, les M, ou les J).

Les noms – Solaires :



Les noms des Solaires se décomposent en 3 parties et de manière différente pour les hommes et les femmes.

Femmes :
La référence du clan – Le prénom usuel – Le nom du géniteur mâle

Exemples :
H’Keiri Shion : Keiri de la tribu H du Crapaud Géant, fille de Shion Nunh du même clan.
Y’Shtola Rhul : Shtola de la tribu Y du Jaguar, fille de Rhul Nunh du même clan.
J’Nangho Tyaka : Nangho de la tribu J du Chacal, fille de Tyaka Nunh du même clan.

Hommes :
La référence du clan – Le prénom usuel – Le rang dans le clan

Exemples :
O’Bhen Tia : Bhen de la tribu O de la Taupe, Tia du même clan.
U’Odh Nunh : Odh de la tribu U du Drake, Nunh du même clan

Lorsqu’une femme ou un homme passe d’un clan à un autre, on rajoute (le cas échéant, attention ce n’est pas systématique) la lettre du clan d’origine après la lettre du clan d’adoption.

Exemple :
Hj’Aawona Réorm : Aawona de la tribu H du Crapaud Géant, fille de Réorm Nunh de la tribu J du Chacal.
Bk’Rehn Tia : Rehn de la tribu B du Sanglier, Tia du même clan né de la tribu K de l’Hipparion.

Sons et prononciations :



Les noms des clans d’origines étaient trop compliqués (trop gutturaux) à prononcer pour les peuples d’Eorzea, aussi à leurs arrivées, chaque clan Miqo’te prit une lettre de l’alphabet Eorzéen (ou un son proche du nom d’origine) afin de mieux se faire identifier par les peuples endémiques.

Les Miqo’te (peu importe l’ethnie) n’ont pas d’accent lié aux conditions d’apprentissage du langage. Certains joueurs disent que leur personnage ne « roule pas les r » car ils n’ont pas été élevé par les leurs. Or cette façon de parler est physiologique et indépendante de toutes éducations (ce n’est pas comme l’accent espagnol par exemple).

Le larynx (cordes vocales, etc) des Miqo’te fait qu’ils « roulent » naturellement les « r », qu’ils prononcent les « h » muets, qu’ils « sifflent » les « sh », qu’ils rajoutent des voyelles qui n’existent pas à des consonnes, etc. C’est inné, physiologique, l’apprentissage n’y pourra rien.

Les « h » que l’on retrouve fréquemment dans les noms de mâles Solaires correspondent à des sons très difficile à produire pour les autres races, correspondant à un léger son sifflant / crachant et ne sont donc presque jamais prononcés par personne en dehors des Miqo’te. Et pour les Solaires, la lettre du clan s’intègre naturellement avec le prénom, malgré la présence d’un apostrophe (qui est du coup ignoré). Il en va de même pour le prénom des hommes Lunaires avec leurs suffixes de naissances

Par exemple :
H’Keiri Shion va se prononcer <Haké-irrri Shhhion> ou <Hashké-irrri Shhhion>
Y’Shtola Rhul va se prononcer <Yashhhtola Rrrrhhhul>

(( Je continuerai avec les Lunaires plus tard, y a déjà suffisamment à lire pour le moment :D ))

Sources :
http://finalfantasy.wikia.com/wiki/Miqo%27te
http://auberge-rouge.ygora.net/project/la-culture-miqote/
https://game-guide.fr/138852-ffxiv-ffxiv-arr-les-miqotes/
http://forum.square-enix.com/ffxiv/threads/61157-Les-noms-miqo-tes
http://finalfantasy.wikia.com/wiki/Age_of_Endless_Frost
http://forum.ffxiv-rp.fr/viewtopic.php?f=20&t=54

_________________
Image
Haut
   
 
 Sujet du message : Re: Lore : Les Miqo'te
Message Publié : 22 Fév 2018, 16:52 
Étoiles
Étoiles
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Enregistré le: 15 Avr 2017, 10:17
Message(s) : 73
Âge : 38

A remercié: 0 fois
Remercié: 4 fois
Nom IG: H'Keiri Shion
Continuons avec les Lunaires. Leur présentation sera certainement plus courte car j’ai déjà évoquer plusieurs de leurs traits ci-dessus et parce que je connais moins bien cette société. Il y a aussi des choses que je ne répèterais pas car communes aux 2 ethnies.

Culture – Lunaire :



Tout d’abord, les Lunaires sont encore moins nombreux que les Solaires, et ce pour plusieurs raisons. En premier parce que dès l’origine, les ancêtres des Lunaires n’étaient qu’une tribu parmi les 26 qui composaient les Miqo’te d’origines. Ensuite parce que le déséquilibre homme / femme est lui aussi présent chez eux, mais la polygamie étant proscrite le nombre de naissance est bien plus bas. De plus, la structure sociétale en petites familles offre moins de possibilité de procréation (les membres d’une famille sont obligés d’aller voir dans une autre s’il y a un mariage de possible). Et enfin, les mariages sont monogames et définitifs. Ce qui veut dire que si un mâle est marié, et bien c’est tant pis pour toutes les autres femmes Lunaires (et comme les mâles sont rares…). A noter que les Lunaires sont extrêmement fidèles.

Les Lunaires ne sont pas organisés en clans. Il existe bien une notion de tribus mais le sentiment d’appartenance à celles-ci est presque anecdotique. On peut considérer qu’il y a plusieurs « tribus » au sein du « clan » Lunaire, chacune composée d’une à trois familles partageant des ancêtres communs (soit directement, soit par mariage). Mais d’un point de vue générale, seules les familles ont vraiment de l’importance. Les Lunaires, contrairement aux Solaires, n’ont pas l’impression d’appartenir à un peuple/nation Miqo’te. Ils appartiennent à leurs familles, et c’est déjà suffisant pour beaucoup.
Les familles sont dirigées par une matriarche. Contrairement aux Solaires, ce sont les femmes qui mènent la danse.

Le rôle de la Matriarche :

La matriarche d’une famille (ou d’une communauté de familles) Lunaire est en somme l’ancêtre femme la plus âgée de la famille. C’est celle qui dirige, conseille, gère, autorise (ou non) les mariages et oriente les siens. Au sein de la société Lunaire, il n’y a pas plus haut rang que celui de matriarche. Il arrive parfois que le titre de matriarche soit donné à une femme qui ne soit pas la plus âgée (mais à sa fille) si cette première est vraiment trop âgée ou décide de passer la main à la génération suivante.

Le titre de matriarche se gagne avec le temps. Au contraire des Solaires, il n’y a pas de défis ou d’actions spéciales à faire pour obtenir ce titre (si ce n’est avoir eût des enfants et être toujours en vie).

Le rôle des femmes Lunaires :

Comme chez les Solaires, les femmes représentent la quasi-totalité de la population. Elles occupent aussi la majorité des rôles, mais, contrairement aux Solaires, ont un pouvoir décisionnel, tant que leurs décisions sont en adéquation avec les choix de la Matriarche. Les femmes Lunaires décident, gèrent, font. Ce ne sont pas seulement des exécutantes (ou de beaux objets) comme chez les Solaires. Ce sont d’ailleurs elles qui choisissent leur partenaire unique, et ce, pour la vie, en plus de seconder la matriarche (suivant leurs rangs dans la/les famille(s)).

Le rôle des hommes Lunaires :

La position des hommes au sein des Lunaires est à la fois plus simple et plus contraignante que chez les Solaires. Plus simple, car n’ayant pas réellement de poids « politique », ils n’ont pas à se poser de questions trop existentiels. Plus contraignante, car ils n’ont que le rang que leur épouse a, et pas plus. Si son épouse est simple chasseuse, alors il sera l’époux de la simple chasseuse. Si son épouse est la matriarche (en supposant qu’il soit toujours en vie), il ne sera « que » l’époux de la matriarche. Là où les mâles Solaires ne peuvent avoir que 2 rangs (Nunh ou Tia), les mâles Lunaires peuvent en avoir une multitude suivant le rang de leur épouse. Et que cela leurs plaise ou non, ils devront faire avec, car ils ne peuvent pas « changer » de femme (ou divrocer).

Il est important aussi de dire que contrairement aux Solaires, la scission hommes /femmes est moins marquée. Certes les femmes occupent des postes dominants, mais la parité est de mise dans les tâches quotidiennes (les hommes chassent autant que les femmes, cultivent autant qu’elles, participent aux tâches diverses autant qu’elles, etc). Mais tout dépend de la fonction de l’épouse (si elle était chasseuse et qu’elle décide de devenir cultivatrice, l’époux va devoir faire avec et devenir cultivateur, même s’il n’y connait rien).

Le mariage et les relations intimes – Lunaire :

Chez les Lunaires, donc, c’est la femme qui choisit son époux. Toutes les femmes peuvent prétendre à avoir un époux. Il n’y a pas de notion de « reproducteur » comme chez les Solaires. Et chose ultra importante, le mariage est monogame et définitif. Même après la mort (accidentelle ou naturelle) d’un des deux époux, le/la survivant(e) prend rarement un/une deuxième compagne/compagnon. C’est d’autant plus vrai pour les femmes qui ont « déjà eut leur chance », ça l’est un peu moins pour les hommes (vu qu’ils sont rares et qu’ils peuvent toujours « servir », sauf s’ils sont trop vieux, biensur).

Les hommes Lunaires étant peu nombreux, ils sont forcément très sollicités par les femmes qui veulent un époux. Mais n’ayant pas le pouvoir de décision, il ne peuvent pas choisir leur épouse. Ce qui les force à se distinguer pour faire en sorte que les femmes avec les meilleures positions possibles se « battent » (c’est parfois littéral) pour eux. Il est dans leurs intérêts de faire le meilleur mariage possible, aussi, ils n’ont pas droit à l’erreur.

Lorsqu’elles sont en âge (et qu’elles en expriment le désir), les femmes Lunaires partent en « chasse » d’un partenaire. Les hommes étant très peu nombreux (encore une fois), la concurrence est plutôt féroce (c’est un euphémisme). Bon nombre de femmes Lunaires (malgré leurs ténacités caractéristiques) abandonnent en cours de route, ou choisissent un « partenaire » femme parmi les autres femmes Lunaires ne trouvant pas de compagnon et désireuses de se marier. Il faut remettre en lumière le fait que les Lunaires ont des personnalités plus « sombres » que les Solaires. A savoir qu’ils ont une tendance naturelle à la mélancolie, voir la dépression. Et même s’ils sont globalement solitaires (le mythe du loup solitaire), avoir un compagnon avec qui partager sa vie (même de façon non sexuée) est quelque chose de très important. D’où le choix d’une partenaire de même sexe en substitution, pour les femmes.

Ce fait est globalement accepté dans les traditions Lunaire, et même si c’est un choix « par dépit » les sentiments amoureux entre elles sont parfois plus forts que dans des couples hétéro (les femmes se choisissant mutuellement). Il faut aussi souligner que, comme les hommes sont rares et que les mariages sont monogames et définitifs, il n’y a, d’entrée de jeu, pas assez d’homme pour chaque femme (et de très loin).

Une fois le(la) partenaire trouvé(e) (et la possible concurrence écartée) c’est aux matriarches de donner (ou non) leurs accords à ce mariage. Si les deux matriarches (celles de chaque famille concernée) sont contre, il n’y a pas de recours possible (à part s’enfuir). Si seulement une est contre, des tractations peuvent prendre place entre elles afin de trouver un terrain d’entente (ou des compensations).

Le mariage, en lui-même, peut être célébré par la matriarche (généralement la mère de la future femme), par une cérémonie extérieure (les Mogs au temple des 12, etc) ou sans cérémonie particulière. Cela n’a pas vraiment d’importance tant que les autorisations des matriarches ont été accordées.

Le mariage unit les couples, mais pas forcément les familles. Il n’est pas clairement dit (du moins, je n’ai pas trouvé trop de références) comment les familles intègrent les « pièces rapportées ». La logique voudrait que le mâle quitte sa famille de naissance pour rejoindre la famille de la mariée. Mais ce n’est pas vraiment précisé. De plus, le mariage entre 2 femmes devient tout de suite bien plus compliqué : laquelle va où, sachant qu’elles ne peuvent pas fonder de nouvelles familles vu qu’elles ne peuvent pas avoir d’enfants entre elles ?

Si les couples femme-femme sont acceptés, les couples homme-homme sont inexistants et sévèrement réprimés. D’abord parce que vu leurs nombres, c’est impensable de se priver, définitivement, de 2 géniteurs potentiels et ensuite parce qu’ils n’ont pas leurs mots à dire, les mariages pouvant être forcés. Les Solaires n’ont, théoriquement, pas ce problème car tous les Tia ne sont pas appelés à être des Nunh (et ils sont libres de ne pas le devenir) et l’homosexualité des femmes ne les empêchent pas d’avoir des enfants (vu qu’elles sont polygame).

Comme dit plusieurs fois, le mariage est définitif. C’est un partenariat « pour la vie ». Il n’y a pas de divorce possible (cette notion même n’existe pas dans la tradition Lunaire). A noter aussi que la procréation ne se fait qu’après mariage et/ou qu’elle équivaut à un mariage (supprimant du coup un mâle de la liste des époux potentiels). Ce qui peut engendrer de sérieux problèmes si les matriarches n’ont pas donné leurs accords préalables.

Les Lunaires sont beaucoup plus réservés dans leurs relations intimes (et de façon générale) que les Solaires. Ils sont moins sexualisés, s’affichent moins en public, ont plus de complexes vis-à-vis de la nudité ou de la sexualité. Ils sont plus inscrits dans une relation de partenariat affectif que dans une relation changeante visant à avoir des enfants. Ils sont d’ailleurs extrêmement fidèles. Cela n’empêche pas les célibataires de se « laisser aller » de temps à autres, mais l’acte, en lui-même, a une connotation extrême. Les Lunaires, contrairement aux Solaire, ne s’engagent pas dans une relation à la légère.

Les Enfants Lunaires :

Tout comme chez les Solaires, les enfants sont majoritairement des filles. Et tout comme chez les Solaires avoir plusieurs garçons, dans une même famille, tient du miracle. De même la gestation est identique, tout comme les compatibilités génétiques ou la place des métisses Lunaires / Solaires. Ainsi que les conséquences de tels naissances dans des sociétés fermées et territorialistes pour qui le mode de procréation tient du tabou traditionnel.

Les enfants sont élevés par la mère génitrice (secondée par sa mère ou par ses tantes). On apprend, en jeu, que dans les traditions familiales Lunaires, les mâles sont « détachés » de leurs progénitures. Ils ne participent donc pas à leurs éducations. Contrairement aux Solaires, où hommes comme femmes, peuvent intervenir.

Pour autant, l’on sait que les couples sont monogames et définitifs, ce qui pose la question de la place du père dans la cellule familiale.

Les mères sont particulièrement attentives à l’éducation (et à la santé) des garçons. Il n’est pas rare de voir des garçons être surprotégés par leurs familles. Chez les Solaires, les garçons ne sont pas aussi bien traités (car peuvent représenter de potentiels futurs rivaux pour le Nunh / chef de clan). Alors que chez les Lunaires, ils sont choyés et parfois incités à rester dans la cellule familiale.

Relations Inter-races / Inter-familles :

Tout comme les Solaires, les Lunaires ont des politiques assez isolationnistes. C’est même d’autant plus vrai qu’ils sont de natures (encore) plus solitaires que les Solaires. Ils n’ont pas le sentiment d’appartenir à un peuple / nation / clan particulier, ne cherchent pas à le faire et s’occupent principalement de leurs propres familles qui préfèrent rester entres elles plutôt que de se tourner vers l’extérieur.

Ils voient d’un mauvais œil les rapprochements avec ceux qui ne font pas partie de leurs familles, et parfois même les rapprochements entre familles différentes. Ils sont assez farouches et préfèrent généralement qu’on les laisse tranquille.

Le fait que leurs structures soient un ensemble de petites familles renforce cet aspect solitaire et caché. Il est plus facile de cacher un arbre qu’un bateau en bois dans une forêt.

En général, les familles Lunaires s’autosuffisent et ne cherchent pas vraiment à créer des liens avec leurs voisins. Même si la paix relative, d’une partie de sa population avec les autres habitants de la région de Gridania, a poussé certains de leurs membres à se rapprocher de la cité-Etat par commodités.

De nombreuses familles Lunaires n’ont pourtant pas adhéré à cette paix avec les esprits de la forêt de Gridania et continuent d’agir comme bon leur semblent sur ce qu’elles considèrent comme leurs territoires, au grand damne des Paadjals.

Centrés sur eux-mêmes, les Lunaires regardent les autres races avec un air méfiant (mais pas inamical). Une partie de leur population étant en guerre avec les Elezeens et Hyurs de Gridania, ils partent avec un apriori négatif sur les autres races en générales.

Individuellement parlant, les Lunaires peuvent tout à fait créer des liens avec les autres races ou s’intégrer dans d’autres sociétés / cultures. Mais ils restent, par nature, très méfiants et il faut se montrer digne de leurs amitiés.

Emplacement géographique et territoires :

Les Lunaires sont concentrés principalement dans les forêts de Gridania où ils ont élu domicile arbitrairement en se taillant leurs propres zones de chasses au milieu des habitants endémiques.

Comme les Solaires, leur territoire a des frontières variables même s’il ne s’étend pas en dehors des forêts de Gridania. Le territoire global des Lunaire est partagé entre les familles qui composent leurs rangs. Ces territoires sont eux aussi variables et vu leurs petites tailles peuvent se chevaucher dans une certaine mesure ou provoquer des tensions entre familles. De plus, une partie des Lunaires sont pro-Gridania alors que les autres sont en guerre contre elle.

Les sécessionnistes (comme les GriffesCoeurl) entendent bien chasser comme ils le veulent dans la forêt, ce qui les met en conflit directe avec les forces de la cité-Etat, les aventuriers de passages et les autres Lunaires. Pour préserver leurs modes de vies (qui s’avère, pour le coup, plus proche des traditions chasseresses Lunaires d’origine), ils se voient contraint de faire du braconnage, des pillages voir même de la guérilla contre les forces qui leurs sont hostiles.

Les noms – Lunaires :



Chez les Lunaires, c’est la femme qui domine et qui transmet donc son nom à la génération suivante. Il est dit d’ailleurs que certains noms remonteraient à la 1ère ère Astrale (soit avant les premières traces écrites de l’histoire). Contrairement aux Solaires, il n’y a pas d’appartenance à un clan. Mais les noms masculins et féminins ne se construisent toujours pas de la même façon.

Femmes :
Les prénoms des femmes sont en général courts et composés d’une à deux syllabes et comportent (à l’image des noms des hommes Solaires) un grand nombre de « h » muet, sensé symboliser la puissance de la mère. Ils comportent aussi beaucoup de « a ».

Prénom Usuel – Nom de famille de la Mère

Exemples :
Okhi Nbolo : Okhi fille de la famille Nbolo
Sizha Epocan : Sizha fille de la famille Epocan
Nashu Mhakaracca : Nashu fille de la famille Mhakaracca

Hommes :

La façon de créer un nom masculin chez les Lunaire est un peu plus complexe. En plus de prendre le nom de famille de leur mère, ceux-ci prennent également son prénom, complété d'un suffixe séparé par une apostrophe pour indiquer leur ordre de naissance entre un et dix (autant dire que le suffixe 10 est très peu utiliser). Ils n’ont donc pas réellement de prénom propre. Et comme pour les femmes Solaire, l’apostrophe est éliminé lors de la prononciation du « prénom ».

Liste des suffixes masculins correspondant à l'ordre de naissance
Fils aîné : a
Deuxième fils : to
Troisième fils : li
Quatrième fils : sae (prononcé "sé")
Cinquième fils : ra
Sixième fils : ir
Septième fils : wo
Huitième fils : ya
Neuvième fils : zi
Dixième fils : tan

Prénom de la Mère – Ordre de Naissance – Nom de famille de la Mère

Exemples :
Okhi’a Nbolo : 1er fils de Okhi fille de la famille Nbolo
Sizha’sae Epocan : 4ème fils de Sizha fille de la famille Epocan
Kat’to Oyaki : 2nd fils de Kat fille de la famille Oyaki

_________________
Image
Haut
   
 
 Sujet du message : Re: Lore : Les Miqo'te
Message Publié : 22 Fév 2018, 20:24 
Étoiles
Étoiles
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Enregistré le: 15 Avr 2017, 10:17
Message(s) : 73
Âge : 38

A remercié: 0 fois
Remercié: 4 fois
Nom IG: H'Keiri Shion
Ajout :

En me relisant, je me suis aperçu que j'ai pas mal discouru sur la sexualité des Miqo'te (principalement les femmes), et notamment sur l'homosexualité probable d'une partie d'entre elles.

Alors, pour lever tous doutes, ce n'est pas ma priorité en jeu. C'est juste que la sexualité fait partie de la vie et que, théoriquement, nos personnages sont "vivants" dans leurs univers, d'où des envies...

Je ne pouvais pas traiter de la sexualité sans parler de l'homosexualité (on est au 21ème siècle tout de même). Et ce qui m'en a fait parler autant, c'est le fait que les créateurs des Miqo'te ont laissé un véritable boulevard pour interpréter ces genres de relations. Ce ne sont plus des graines qu'ils ont semés, c'est carrément des noix de coco. Les autres races n'ont pas forcément ce problème. Certes, l'homosexualité existe très certainement, mais elle n'est pas autant suggéré ou supposée. Les conditions sont très différentes.

- Tout d'abord, les Miqo'te sont sexualisées (plus que les autres races) : leurs tenues sont courtes, elles sont souvent dévêtues ou portant des choses minimalistes, elles sont représentées en danseuses ou en prostituées et leurs mimiques et gestes sont directement calqués sur les Idols Nippon. Les cat-girls sont un fantasme Nippon bien connu.
- Ensuite, les créateurs des Miqo'te ont eut la bonne idée d'en faire soit des matriarches dominatrices (Sélène range moi ce fouet) soit des femmes de harem (avec tout ce que ça sous entend de sulfureux et/ou de crade).
- Ils ont créé la race avec un déséquilibre monstrueux entre hommes / femmes. Avec un tel ratio, les 3/4 des Miqo'te ne trouveront jamais l'amour si elles se cantonnent à leurs seuls hommes.
- Ils ont décidé de faire des Miqo'te une race "sectaire" qui n'aime pas tellement se lier avec les autres races, empêchant les femmes Miqo'te de se trouver, naturellement, des partenaires ailleurs sans que celà ne déclenche l'apocalypse dans leurs clans / familles. Ce qui ne leur laisse pas vraiment d'alternatives à part se mettre ensembles ou tout abandonner.
- Outre les prostituées et les danseuses, on croise, déjà, en jeu des PNJ qui sont homosexuels (validant le fait que celà existe en jeu). Je pense notamment à ce couple de Xaela femmes qui sont ensembles car sont, soit disant, les "réincarnations" d'un couple d'amoureux (quêtes annexes de Stormblood dans les plaines chez les Xaela).

Tout ça fait que, vu l'écrasante proportion de femmes Miqo'te, statistiquement parlant on ne peut pas échapper à l'homosexualité de certaines. Je ne pouvais pas ne pas le traiter. On ne va certes pas voir toutes les Miqo'te devenir subitement Lesbiennes (c'est pas des drosophiles non plus), mais certaines d'entre elles sont "condamnées" à le devenir. D'autant plus que les couples de PJ femme-femme sont monnaies courantes en jeu ou que les PNJ de la Valention ne font strictement aucun cas du sexe des amoureux. Sans parler des exemples IRL au cours du temps où, avec trop de femmes (ou hommes d'ailleurs) à un seul endroit (pendant un long moment) on finit par voir des couples se "rapprocher" mutuellement (ou s'étriper, c'est selon ^^).

En tant que rôlistes, qui ont tendance à aller au fond des choses (sans jeu de mots pourris) ou là où ils ne sont pas sensés aller (idem), nous sommes forcément confronté à ce genre de réflexions, à un moment ou un autre. Même si l'homosexualité est supposé être une exception à la règle (surtout dans un jeu, quoi). Alors autant traiter le sujet pour être "complet" sur le lore.

Même si les créateurs des Miqo'te ne l'ont pas exprimé explicitement, ils l'ont pensé plus que fortement, surtout si l'on sait que le rapport des Japonais (hommes) avec les femmes et le sexe est très... "pervers", tout en ayant un véritable grave problème de natalité faute d'envies "réelles".

Itaii ! Itaii ! Yamete Kudassai ! Onegai !

_________________
Image
Haut
   
 
 [ 3 message(s) ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : CommonCrawl et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Attributs de sujet:

Aller à:  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group