Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Dernière visite : il y a moins d’une minute Nous sommes actuellement le 24 Sep 2017, 06:52



 [ 1 message ] 
Auteur Message
Message Publié : 21 Juin 2017, 18:43 
Étoiles
Étoiles
Avatar de l’utilisateur
Hors-ligne

Enregistré le: 15 Avr 2017, 10:17
Message(s) : 52
A remercié: 0 fois
Remercié: 2 fois
Nom IG: H'Keiri Shion
Tout est une question de récipient :

H’Keiri se promenait, sifflotant, dans les rues du marché. Le pas léger, elle avançait en jouant avec la couleur des pavés. Pied droit sur la mosaïque en cercle ! Pied gauche sur le chevron ! Une marelle improvisée au milieu des passants qui devaient se demander pourquoi une jeune adulte jouait à des jeux d’enfants. La jeune femme s’arrêta et sorti une bourse de son sac. Elle la soupesa un instant, la faisant sauter dans sa main.

- Qu’est-ce que je vais bien pouvoirrr faire de ces 5000 Gils, moi ?

Le tintement métallique des pièces qui s’entrechoquaient semblait lui répondre au rythme des sauts dans sa main. Pensive, elle laissait son regard errer d’échoppes en stands.

D’ordinaire, elle n’aurait pas eu à se poser ce genre de questions, mais grâce au Ciel de Nuit, elle avait pu se faire un peu d’argent. Des petits contrats faciles, vraiment, rien de compliqué, même pour elle. Il suffisait de tenir compagnie à quelques personnes et leurs faire dépenser des sous. Bon, présenté comme ça, ça peut paraitre assez… tendancieux, mais dans la réalité, c’était beaucoup plus festif.

Image

Quoi qu’il en soit, elle se retrouvait à présent avec une chose très inédite pour elle : une bourse pleine de Gils. Une personne sage et avisé aurait immédiatement mis de côté cet argent, ou se serait acheté quelque chose d’utile avec une partie de celui-ci. Mais cette idée n’a même pas traversé l’esprit de la jeune femme. Elle était là à se demander quel genre de pâtisserie elle allait pouvoir se payer.

Elle était là, perdue dans ses pensées en faisant tinter sa bourse, quand un marchand itinérant à l’ouie fine décida de passer à l’action.

- Hey là ! Belle demoiselle ! Par ici, par ici.

Keiri sorti de sa rêverie et se pointa du doigt l’air de dire : « Qui ? Moi ? ». Le marchand acquiesça avec un grand sourire. Le poisson était accroché, il ne restait plus qu’à le ferrer.

- Oui, par ici. Vous cherchez un cadeau à offrir ?

Il détailla du regard la jeune femme : des habits usés et rapiécés, des bottines en cuir à la limite de se rompre, des mains sales, pas de bijoux mais des cheveux entretenus. La bourse a l’air d’être pleine, certainement une mineuse de Roncenoire ou bien une réfugier ayant fait un petit boulot. Ce serait une raison de plus pour délester ces parasites.

- Ou mieux encore, vous chercher à vous faire plaisir après une dure journée ? N’est-ce pas ? Non, non, ne me le dites pas, je le vois bien ! Pour une fois, vous avez envie de vous faire plaisir ! D’avoir quelque chose à vous qui vous fasse dire : Voilà de l’argent bien dépensé ! Et bien ne cherchez pas plus loin ! Tout est ici !

Keiri n’avait pas pu placer un seul mot tandis que le marchand lui chantait sa sérénade, à grand renfort de gestes expressifs. Elle avait l’habitude d’entendre les marchands débiter leurs discours, mais c’était la première fois qu’elle était visée. Elle s’approcha. L’étale était en fait une petite carriole astucieusement aménagée croulant sous des bibelots en tous genres.

Image

Un tas de choses aussi esthétiques qu’inutiles côtoyait des cailloux brillants se voulant précieux, aussi bien que des draperies brodées ou des objets plus insolites sensés apporter force et vigueur à leurs propriétaires.

- Jetez un œil ! Jetez un œil ! Vous ne retrouverez jamais rien de tel nulle part ailleurs ! Laissez-vous tenter ! Un beau collier en métal doré ? Cette cape en tissu fait main ? Non ?! Non ?!

La jeune femme, un peu sous pression, ne sut pas trop quoi répondre. Machinalement, elle ramena sa bourse contre elle.

- Ah, je vois ! Mademoiselle est une connaisseuse ! Vous n’étiez pas là par hasard, n’est-ce pas ?

Le marchand lui fit signe d’approcher d’un geste discret. Il regarda autour de lui, un peu théâtralement, comme pour s’assurer de n’être entendu de personne d’autre. Keiri tendit l’oreille. Le marchand s’approcha et se mit à parler à voix basse.

- Vous venez voir mes articles spéciaux, n’est-ce pas ? Ceux que je ne garde que pour les clients de prestiges ? Qui vous en a parlé ? Oh.. non, non, ne répondez pas. Si on vous a envoyé vers moi, c’est que vous êtes quelqu’un de confiance.

Le marchand jeta de nouveau un rapide coup d’œil à gauche et à droite.

- Ecoutez, comme nous sommes entre amis, je vais même vous faire un prix dessus. C’est une occasion à ne pas louper. Qu’est-ce que vous en pensez ?

Le marchand regarda Keiri d’un air entendu. Celle-ci trouva la situation plutôt intrigante et se laissa prendre au jeu. Ce marchand devait certainement la prendre pour quelqu’un d’autre. Et si c’était bien le cas, ce serait bête de ne pas en profiter. Après ce petit moment de réflexion, elle hocha la tête, elle aussi d’un air entendu. Le marchand lui demanda de patienter un petit peu le temps qu’il sorte ses articles. A la manière d’un agent secret, ou d’un voleur, il fouilla sous son comptoir et en sorti un objet protégé dans une sorte de chiffon tâché. Il jeta un œil alentour et présenta le tout à la jeune femme, dubitative, mais intriguée.

- Voici l’un de mes plus précieux article. Il ne faut pas juger de son apparence.

Le marchand souffla sur le tissu et un nuage de poussière s’envola, ce qui ne manqua pas de le surprendre lui-aussi. Mais en grand professionnel, il se reprit et continua son histoire.

- Ceci… Ah ! Ceci est l’un des trésors de l’antique cité de Belah’dia située dans les terres arides du Thanalan Méridional. Nombreux sont les aventuriers qui ont perdu la vie en cherchant cet objet.

Le marchand entreprend de retirer le chiffon et, petit à petit, comme pour faire monter le suspens, il dévoile l’objet en question : une cruche en terre cuite, craquelée et aussi un peu fissurée. On pourrait penser, à raison, que ce récipient a connu des jours meilleurs. Dans sa prime jeunesse, il devait même être assez beau. Mais pour l’heure, il tient bien son rang de « relique du passé ».

Image

- Cette cru… *toussote un peu* Cette urne a été réalisé à la demande des rois de Belah’dia afin d’honorer les dieux. Admirez donc le grain de cette œuvre, la finesse des contours et l’indescriptible habilité qu’il a fallu pour réaliser cette splendeur ! C’est un chef-d’oeuvre que seuls des connaisseurs avisés comme nous peuvent apprécier, n’est-il pas ?

Tout en parlant, le marchand fît mine de montrer des détails importants de la poterie à Keiri, transformant les fissures en ornements ciselés ou les bosses en structures caractéristiques.

- Voyez ici ? Et là ? C’est vraiment du bel ouvrage. Si ça ne tenait qu’à moi, je le conserverais, mais il faut bien vivre, n’est-ce pas ?

Keiri, qui vivait toute l’année entourée d’ordures, regarda l’urne avec un regard plutôt sceptique. Mis à part le sceau d’Azeyma gravé à la base de l’anse et des dessins presque effacés, c’était une cruche tout ce qu’il y avait de plus banale.

- Mais il ne faut pas s’arrêter au travail effectué sur cette œuvre ! Le plus important réside au-delà de son apparence ! Car voyez-vous… c’est une céramique… magique ! La mystérieuse cruche magique de Belah’dia ! Rien de moins ! Oui, mademoiselle ! Parfaitement !

La jeune femme, à l’intérêt piqué, interrogea le marchand du regard.

- D’après la légende, Cette cruche serait animée par un mystérieux pouvoir magique ! Elle faisait partie d’un trésor royale jusqu’à ce qu’un aventurier chevronné l’y prenne au péril de sa vie.
- Oooh, c’est interrresant ça ! Et c’est quoi comme pouvoir magique ?
- Ah ! Là est tout le mystère, car nul le sait. L’aventurier qui l’a rapporté est mort dans un éboulement avant de pouvoir révéler le secret de la cruche.
- Wouha ! Il est mort dans un piège ?
- Oh, non, pas du tout, c’est le toit de sa maison qui lui est tombé dessus. Pas d’entretien. Bref ! Cet objet vaut dans les 8000, 9000 Gils suivant le marché de l’art. Je l’ai eu pour moins, et comme je vous l’ais dit tout à l’heure, je suis prêt à vous faire un prix. Entre connaisseurs, il faut s’entraider. Comme vous m’êtes sympathique… aller, je vous la laisse pour 5000 gils pas une de moins, il faut bien que je vive moi aussi. Mais à ce prix-là, c’est presque donné !!


Keiri se fît hésitante. Le prix demandé représentait la totalité de son salaire. Mais d’un autre côté, un pouvoir mystérieux a quelque chose de très romanesque.

- Enfin… si ça ne vous intéresse pas, je trouverais facilement un autre acheteur. Ce n’est pas un objet qui coure les rues, croyez-moi. Mais quel dommage de passer à côté d’une telle opportunité…

Se faisant, le marchand commença à remballer lentement la cruche dans le chiffon.

- Attendez ! Je la prrrend !

Keiri tendit sa bourse et vida son contenu sur le comptoir. Le marchand s’empressa de se mettre à compter les pièces, puis, après un petit instant, se fendit d’un large sourire. Il remit la cruche emmaillotée à la jeune femme qui s’en saisit comme d’un précieux trésors. Le marchand eu tôt fait de faire disparaitre l’argent dans sa caisse. Et après quelques petites formules de politesse, enjoint la jeune Miqo’te à aller continuer sa promenade, ailleurs. Keiri, quant à elle, regagna son abri avec sa mystérieuse cruche magique de Belah’dia.

_________________
Image
Haut
   
 
 [ 1 message ] 

Le fuseau horaire est UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : CommonCrawl et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Attributs de sujet:

Aller à:  
Propulsé par phpBB® Forum Software © phpBB Group